Echos du réseau

La coopération, une question de confiance et... de temps

Par Sophie Raimbault-Mutel

15 04
C’est l’histoire d'une belle alliance entre deux consultants en Ressources Humaines portés par ACT’RMC, Laurence Bali et Olivier Escande. Tout a commencé par une sincère envie de se rencontrer, du plaisir, des échanges informels. Au fil des réunions et des rencontres au sein du Groupe RH d’ACT’RMC, les liens se tissent, les compétences se dévoilent et une indicible confiance naît. C’est ainsi qu’Olivier, qui a longtemps souffert des aspects de concurrence lorsqu’il travaillait pour un cabinet conseil, décide de créer une alliance avec Laurence : «J’aurais pu réaliser cette mission tout seul, mais j’avais une vraie volonté de travailler avec Laurence», explique Olivier. «Pour envisager une coopération, il faut qu’il y ait une action commune, un même niveau d’exigence et des valeurs partagées». «Il faut connaître les intentions des deux parties, mais aussi qu’il y ait suffisamment de partage pour se lancer dans l’aventure en toute confiance», ajoute Laurence.

Tous deux s’accordent pour le dire : la coopération est un réel enrichissement ! «Si l’alliance fonctionne bien, d’un point de vue personnel, l’enrichissement est immédiat», s’enthousiasme Laurence. «Par contre, il faut aussi être prêt à gagner moins sur le court terme. Pour que ça marche, mieux vaut éviter de raisonner purement coût, car la coopération se construit sur la durée. Le profit ne doit donc pas être l’objectif principal», précise Olivier. «Le client est aussi gagnant», renchérit Laurence. «Le croisement des regards et la confrontation des points de vue sont de vrais atouts pour lui. Le fait de mieux se connaître au fil du temps permet de valoriser notre complémentarité». Cette première coopération réussie a permis également de positionner l'alliance dans les mémoires. Et lorsqu'un partenaire historique d'ACT'RMCévoque une mission délicate en ressources humaines, ça fait tilt dans la tête de Muriel ! «J'ai tout de suite proposé ce binôme et le client a été séduit par l'idée. Le capital confiance était déjà établi», commente Muriel. «C’est le facteur temps et rencontres entre les différents acteurs qui ont rendu les choses possibles». Une belle opportunité que nos deux consultants ont su créer et surtout, des liens qu’ils continuent à entretenir. «L’envie est là, donc cette collaboration devrait durer encore longtemps», conclut Laurence.

zzzzz

ddddd